Evolution du réseau AEFE face à la croissance démographique des familles françaises installées à l’étranger

Questions écrite au Gouvernement de M. Alexandre BEZARDIN

Conseiller à l’Assemblée des Français de l’Etranger pour l’Europe du Sud

Membre de la Commission des Lois, des règlements et des affaires consulairesAFE (1)

Septembre 2016 – Question de M. Alexandre BEZARDIN, conseiller consulaire (ITALIE), conseiller à l’AFE (Europe du Sud)

Objet : Enseignement français à l’étranger : évolution du réseau face à la croissance démographique des familles françaises installées à l’étranger

 

Au cours des dix dernières années, la communauté française à l’étranger n’a pas cessé de croître avec une moyenne annuelle de l’ordre de 3%.

Au 31 décembre 2015, on dénombre 1 710 945 Français alors qu’ils n’étaient seulement 1 million en 2000 ! L’expansion des français expatriés est particulièrement importante et n’est pas prête de s’arrêter.

Face à ce phénomène exponentiel, force est de constater que le dispositif dense du réseau d’enseignement français à l’étranger, premier réseau scolaire extérieur du monde, composé de 494 établissements homologués et scolarisant 336 000 élèves, dont 130 000 Français, n’est plus en mesure de répondre positivement à toutes les demandes d’inscription formulées par les familles françaises installées à l’étranger.

C’est pourquoi, je souhaiterais savoir comment l’AEFE compte faire évoluer son réseau pour répondre à cette croissance démographique et permettre à tous les enfants Français de l’étranger d’avoir accès au système scolaire français ?

 

RÉPONSE : AEFE

En cette rentrée 2016, le réseau des établissements d’enseignement français à l’étranger homologués par le ministère de l’Éducation nationale continue son développement maîtrisé :

il accueille 342 000 élèves (+1,8%) – dont 125 000 Français – dans 495 établissements (+1) répartis dans 137 pays (+1).

Toutes les familles françaises ne souhaitent pas scolariser leur enfant dans le réseau d’enseignement français à l’étranger : certains parents font le choix du système éducatif local, notamment pour des raisons linguistiques.

Par ailleurs, certains expatriés français ne peuvent pas scolariser leur enfant dans l’enseignement français lorsqu’ils vivent dans des endroits trop éloignés des établissements du réseau.

Ils peuvent alors se tourner vers l’enseignement français par correspondance, via le CNED. Par ailleurs, l’un des principaux objectifs du relevé de conclusions de la réunion du 20 novembre 2014 présidée par le MAEDI et le MENESR consiste à renforcer la cohérence et la visibilité des dispositifs complémentaires au réseau homologué, dont l’enseignement scolaire bilingue.

L’essor depuis deux ans du LabelFrancEducation, qui distingue les meilleurs établissements bilingues francophones dans le monde, témoigne de la réussite d’un tel objectif : ce réseau, à la rentrée 2015, comprenait 91 établissements et 30 000 élèves ; à la rentrée 2016 il comprend 158 établissements dans 35 pays qui scolarisent 65 000 élèves dans les sections labellisées.

Le Label constitue un instrument efficace de valorisation et promotion de notre langue, en permettant l’enseignement du français et en français, sans charge supplémentaire pour l’État.

 

Pour consulter la Question sur le site de l’AFE : Septembre 2016 – Question Écrite

About Alexandre Bezardin

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Aller à la barre d’outils